jeudi, mars 31, 2016

Moi après mois : mars 2016, le printemps, qu'ils disaient...

Encore un mois que je n'aurai pas vu passer... d'autant qu'il a été rempli de soucis pénibles. Sur une idée de Moka, dont le blog, au nouveau design très réussi, est ICI (clic), et le billet de mars ICI, en voici le bilan :

un endroit lumineux, calme et presque gai... et pourtant des cauchemars / ciel triste et gris : intérieur, extérieur, même combat / une journée de pause pour tenter de retrouver une forme toute relative / des copies... regardées mais toujours pas corrigées / une nouvelle chute, et encore une journée aux urgences, mais une hospitalisation à la clé cette fois / aimer se retrouver seule en voiture pour pleurer tranquille / essayer d'être présente, efficace, utile, et sentir qu'on y laisse sa santé / un malade vraiment pas facile, mais on le savait / se dire que le lieu prévu pour la suite ne sera plus adapté à la dépendance / la peur de l'avenir / se sentir niée, oubliée / déconnecter en allant au ciné voir un film léger qu'on a beaucoup aimé : La Vache et ça fait du bien /  une journée pour tenter de repartir au boulot sans être trop ridicule / comment et pourquoi reprendre dans ces conditions ? / mettre une heure à retrouver des copies corrigées / rêver d'arrêter de travailler, histoire de pouvoir un peu profiter de la vie, avant qu'il ne soit trop tard / se forcer à y retourner sans savoir de quoi la première journée sera faite / une lettre recommandée grotesque / pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? / fondre en larmes quatre fois en un quart d'heure et renoncer à reprendre /  être soutenue par une copine-collègue, une vraie belle personne / trouver une solution adaptée / chercher des papiers et prendre conscience qu'en ce qui concerne le côté écureuil "je garde toute la paperasse de la terre", les chiens ne font pas des chats... / ne pas se poser un instant et devoir repartir au boulot avec des copies toujours non corrigées mais des conseils de classe qui commencent / culpabiliser de devoir dire aux collègues qu'ils vont devoir attendre encore les copies de bac blanc / assurer et s'épater soi-même / un transfert pas simple / aller au ciné toutes les semaines aimer ça et se rappeler une ancienne pub "quand on aime la vie, on va au cinéma" / des copies, des copies et encore des copies... / des progrès qui font plaisir mais des obsessions incohérentes qu'il faut accepter, c'est la maladie qui fait ça / le ciel bleu, le soleil, la vie est belle, il faut en profiter / un dernier jour d'hiver un peu gris / héhé même adultes, on peut voir Zootopie avec grand plaisir ! / des copies, pour changer / être en colère après une chute et des points de suture alors qu'on avait prévenu... / le monde est fou / se rappeler Bruxelles de Dick Annegarn... / grosse fatigue physique et morale : se sentir incapable d'assurer et pourtant, tenir / une mauvaise nouvelle de plus / 10 Cloverfield Lane : un film très différent de ceux que nous avons vus précédemment... quelques trucs qui ne nous ont pas complètement convaincus mais le huis-clos est angoissant à souhait ! / des achats au supermarché bio et des produits inconnus à tester / un copiethon pour le week-end de Pâques / une heure de sommeil en moins, beurk le changement d'heure dans ce sens-là : les couche-tôt ne sont pas à la fête... / Pâques au balcon ! / l'homme malade : la grippe est là ! / renoncer au yoga pour cause de boulot : entendre des TPE bien peu en rapport avec la littérature, terminer la série des conseils de classe / y'a quoi, après le bout du rouleau ? / des giboulées de mars à ne plus savoir qu'en faire ! / un coup de fil qui requinque et une perspective qui réjouit / un dernier jour de mars bien rempli / des chats dépités : un mois qui s'achève sous une pluie battante / se dire qu'on n'a plus le temps de rien... même pas de bloguer. 

Moi après mois : novembre 2017, du soleil au froid !

Un peu en retard pour ce moi après mois de novembre où l'on est passé d'un temps de barbecue à un temps de neige ! Je continue à n...